Wakashio

L’île Maurice et la marée noire se sont rencontrées

Vous avez dit : marée noire ?

L’épisode du Wakashio a-t-il marqué les esprits ? La dernière principale marée noire qui avait fait la une remonte à novembre 2002 avec le Prestige et décembre 1999 avec l’Erika. Enfin, là nous parlons du principal « déversement pétrolier ». Sinon entre temps, malheureusement une quinzaine de cas moins importants sont à déplorer. Et certaines côtes sont souillées.

Pourquoi marée noire ?

Quand on utilise l’expression « marée noire », tout le monde sait de quoi on parle. Mais savez-vous d’où vient cette expression ?

Il faut remonter à l’année 1967. Le pétrolier Torrey Canyon fait naufrage. La catastrophe est sans précédent, 30 000 galons de pétrole s’échappe. Les plages bretonnes en payent les conséquences. Un journaliste travaillant dans un quotidien régional français parle de l’évènement et invente l’expression tant connue : marée noire.

La marée noire, pour faire référence à cet écoulement de cette nappe d’hydrocarbures, qui par la force des vents et marées s’échoue sur les côtes.

L’île Maurice et la marée noire

« Dans un lieu après l’autre… »

Notre petite île resterait-elle longtemps épargnée par les catastrophes écologiques ? Réponse le 25 juillet 2020. Le navire japonais MV Wakashio fait nauvrage.

Ce navire est un vraquier, cela veut dire qu’il transporte des marchandises en vrac, tout simplement.

Mais… il ne transporte pas que des marchandises bien sur, nous avons l’équipage et … 3800 tonnes de fioul (ou mazout : un combustible dérivé du pétrole) et 200 tonnes de gazole.

Et ce qui devait arriver, arriva

Le Wakashio fait nauvrage au large du sud est de l’île Maurice.

6 août 2020, le fioul s’échappe du vraquier. Puis la marée noire touche les côtes de notre magnifique île, à Pointe d’Esny. Malheur.

Pour tout ceux qui ont eu l’occasion de venir visiter l’île Maurice, cela ne leur a pas échappé. Les mauriciens sont solidaires. Cela vous est surement arrivé de discuter avec une personne qui sera littéralement affectée par un fait d’actualité survenu à l’autre bout de l’île, même si cela ne la concerne ni elle ni sa famille.

Alors pour le Wakashio ce fut pareil.

La mobilisation

Affutés de masques et gants en caoutchouc, voilà nos volontaires mauriciens qui débarquent. Ils aident comme ils le peuvent en ramassant ce qui s’est echappé du vraquier.

Vos cheveux ont peut-être eux aussi contribué ? Car en effet, à l’initiative de certains habitants, des boudins remplis de cheveux sont créés pour absorber le plus d’hydrocarbures.

Les jours passent et 1000 tonnes de carburant se sont déjà fait la malle. Puis le navire se brise 10 jours après que le fioul a commencé à s’échapper. Le gouvernement met tout en oeuvre pour pomper le reste de carburant. Environ une semaine après on fait couler l’avant du bateau.

A ce jour, l’arrière du bateau fait toujours surface.

Et pour rajouter au malheur de la marée noire

Une barge chargée de collecter les résidus de fioul est tractée par le remorqueur Sir Gaëtan Duval. Le 31 août 2020, l’embarcation se brise, faisant 3 morts et un disparu. 4 marins sont sauvés.

Les conséquences du nauvrage du Wakashio

Coraux, espèces marines, mammifères marins, espèces de reptiles sont en danger. 

L’ecosytème se fragilise. Les pêcheurs locaux sont impactés.

Le gouvernement a déjà pris des dispositions pour aider financièrement ces pêcheurs. Mais nous espérons du fond du coeur que ce métier qui « nourrit des hommes et protège la mer » continue de voguer.

Car d’après l’écrivain Michel de Montaigne : Nature peut tout et fait tout.

marée noire

Vous étiez sur place ?

Qu’avez-vous ressenti ?

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
RSS
Follow by Email
YouTube
YouTube
Instagram