Automobile

Quelques « Tips » pour conduire à l’île Maurice !

« Mais tu te prends pour Fangio ??????? » Cette expression renvoie à un célèbre pilote automobile quintuple champion du monde dans les années cinquante. Malheureusement comme partout dans le monde, certains souhaitent réaliser ses exploits sur des routes publiques, y compris à l’île Maurice. Cependant rassurez-vous, ayant conduit en France, en Espagne, en Belgique, et en Martinique, je ne me suis jamais senti plus en danger ici. La majorité des automobilistes aiment faire preuve de courtoisie, acceptant volontiers de vous céder le passage quitte à mettre de coté leur droit pour vous offrir un avantage. Petit tour de piste autour des pratiques à connaître avant de se lancer à conduire à  l’île Maurice.

Le réseau routier

Le réseau routier s’étend sur environ 2300 kilomètres. On emprunte ici l’autoroute principale pour traverser l’île depuis l’aéroport de Plaine Magnien jusqu’à Grand Baie plus au nord. Les directions sont bien indiquées sur les grands axes, mais un peu moins sur les secondaires. Quant à l’état des routes, c’est vraiment pas mal. Cependant je reste souvent concentré pour ne pas passer sur un nid de poule. De plus, vous pourrez compter sur diverses applications comme MAPS.ME, ou GOOGLE MAPS pour vous guider dans les short-cut. N’oubliez pas de télécharger la carte de l’Île Maurice sur votre appareil pour naviguer off-line. Et si vous êtes perdus ?! N’ayez crainte, et demandez à n’importe qui votre chemin, ce dernier s’empressera avec joie de vous renseigner. Et s’il ne peut pas vous aider, il fera appel à ses amis.

Notez qu’à juin 2019, le parc automobile mauricien s’élevait à plus de 568 879 véhicules. Une hausse de 2,3% par rapport à l’année précédente. Chaque jour, plus de 100 000 convergent vers la capitale, Port-Louis. De plus, pendant la durée des travaux pour Métro Express, attendez-vous à des ralentissements tôt le matin, et le soir avant 19h.

Un langage à connaître

Comme vous le savez déjà, la conduite ici est à gauche, donc volant à droite. Si comme moi, vous n’avez jamais conduit dans un pays anglo-saxon, voici quelques spécificités en plus que vous devez connaitre avant de commencer à conduire à l’île Maurice :

– Tromper !

Quand j’ai commencer à conduire ici, je pensais énerver tout le monde sur la route. On me klaxonnait tout le temps ! Je croyais commettre sans cesse des erreurs. Mais je me trompais ! A l’Île Maurice, pour dire klaxonner, on dit « tromper ». Ainsi, tromper sur la route a plutôt pour sens d’avertir et d’anticiper. Si un automobiliste vous trompe, c’est sans doute simplement pour vous avertir qu’il arrive, ou alors qu’il s’apprête à effectuer par exemple une manœuvre de dépassement.

– Appels de phare !

C’est une autre façon pour les automobilistes d’exprimer leur courtoisie. Si on vous fait des appels de phares, là encore, ne vous sentez pas agressé. Généralement, dans un croisement, la personne en face souhaitera simplement vous céder le passage, plutôt que de vous laisser poireauter pendant des heures. Ça marche aussi dans l’autre sens. Si vous avez enclenché votre clignotant droit (flashes) pour vous engager dans un carrefour, vous pourrez faire des appels de phares au véhicule d’en face pour lui signaler que vous êtes sur le point de lui couper la route.

– Remercier !

Un signe de la main par la fenêtre, un signe de la tête, un coup de klaxon, ou de nouveau des appels de phare pour remercier seront appréciés.

Le stationnement

Le stationnement est réglementé à l’île Maurice, particulièrement dans le centre des grandes villes comme Port-Louis ou Curepipe. Pour vous éviter des « traka », rendez-vous dans une station-service, et acheter un carnet de stationnement ou tickets de stationnement. Attention, il y a différentes zones, donc différents tarifs. Une autre solution est de se rendre sur un parking privé, bien sûr payant aussi, mais plus cher.

Stationnement dans une des rues de Port-Louis

Nous ne sommes pas des Fangio

Tout comme sur un circuit de Formule 1, il y a aussi des règles à respecter sur les routes mauriciennes. En tant qu’expatrié ou résident, ne gâchez pas votre séjour simplement pour n’avoir pas été prudent. A l’Île Maurice, on a dénombré 152 morts en 2017, 141 en 2018, et au 29 juillet 2019, déjà 79 ! Ainsi, la Loi encadrant le Code de la Route a été revue. Le non-port de la ceinture de sécurité à l’avant comme à l’arrière vaut Rs 2000. Le téléphone au volant quant à lui Rs 3000. Et si en plus de se prendre pour Fangio, on y ajoute l’alcool, il vaut mieux ne pas se faire prendre avec plus de 20 mg. C’est entre 10 000 et Rs 50 000 d’amende. Cela peut aller jusqu’à une peine d’emprisonnement de six mois et la perte du permis de conduire.

Radar fixe île Maurice
Radars fixes

Comprenez aussi qu’il y a des radars fixes. Bien que jaune comme de mignons petits poussins, ils vous feront mal au porte-feuille. Car avec votre permis de conduire international français, vous serez redevable d’une éventuelle contravention. La limitation est de 40, 60, 80 ou 110 km/h selon le secteur. La police est très présente sur les routes. Les contrôles, en tous cas, de mon point de vue, sont assez fréquents. Cependant ils sont assez rapides, si bien-sûr il n’y a rien à signaler. La police demande généralement le permis de conduire (licence), et vérifie si l’assurance et la déclaration sont bien en cours de validité.

J’aimerais terminer cet article sur ces quelques mots. Souvent sur la route, la confiance en soi mène à l’orgueil, et l’orgueil à la tragédie. Par conséquent s’il vous plaît, sur une route à double sens, prenez le temps d’observer les véhicules venant en face. Il arrive que certains amorcent une manœuvre de dépassement et se retrouvent sur votre voie. D’un autre côté, soyez prudent si vous décidez de faire la même chose. Ainsi, conduire à l’île Maurice, pour ma part, c’est comme conduire en province ou en plein Paris. Prenez donc votre temps, ne vous prenez pas pour Fangio, et appréciez les fantastiques paysages que propose l’île Maurice.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :